David Denizart de l’Arrière-Pays à Lille : « depuis 2001 »

Pour beaucoup de gens, l’Arrière-Pays à Lille est le "restaurant de tartines", mais pas seulement !…

Il y a quelques semaines, nous avions rencontré David Denizart, gérant de plusieurs commerces de bouche à Lille : l’Arrière-Paysle Pubstorela Péniche Archimède, et le Post Arrière. Après avoir discuté ensemble de la Péniche Archimède, nous avons parlé du premier restaurant qu’il a ouvert il y a maintenant presque 20 ans, l’Arrière-Pays à Lille.

Quel est le concept du restaurant l’Arrière-Pays à Lille ?

Pour beaucoup de gens, l’Arrière-Pays à Lille est le "restaurant de tartines". Il est souvent assimilé à nos fameuses tartines. Bien sûr, on fait d’autres plats à la carte, plus traditionnels : burgers, welshs, carbonades, salades, pâtes, …

Et nous proposons toutes ces bonnes choses à des prix très abordablesTout est fait maison. Notre chef qui est très strict sur le fait maison, et il ne veut pas entendre parler du surgelé. Donc ça, c’est un signe, un gage de qualité. Même notre pain d’ailleurs est fait sur place.

On est ouvert 7 jours sur 7, du midi au soir, en service continu.

David Denizart de l'Arrière Pays à Lille : «depuis 2001»

Ce restaurant est installé rue Basse. Pourquoi avoir choisi le Vieux-Lille et plus précisément cette rue à l’époque ?

Alors, il faut bien avoir à l’esprit que le Vieux-Lille il y a 20 ans, ce n’était pas le même quartier que maintenant. Et surtout, la rue Basse, qui était plutôt une rue secondaire, n’avait pas le passage et la notoriété d’aujourd’hui. Nous nous sommes installés rue Basse un peu par dépit à l’époque. Ce n’était pas cette rue que l’on visait en premier. Et puis finalement, ça a été le bon choix !

Qu’est-ce qui vous a poussé à ouvrir ce premier restaurant ?

Je pense que quand on fait de la restauration, c’est parce qu’on a envie de faire plaisir aux gens, de les recevoir, qu’ils passent un bon moment. Un peu comme quand on reçoit les gens chez soi. Sauf que, forcément, ce n’est pas pareil de recevoir les gens chez soi et dans un restaurant. Parce qu’avoir un restaurant, c’est un métier !

Et lors des débuts de l’Arrière-Pays à Lille, on a eu pas mal de surprises (des bonnes, mais aussi des mauvaises). Mais c’est avant tout une passion, vraiment, un plaisir.

David Denizart de l'Arrière Pays à Lille : «depuis 2001»

Comment est composée votre équipe à l’Arrière-Pays de Lille ?

À l’Arrière-Pays, en tout, on a un effectif de 35 personnes : salles, cuisines, boulangerie, et en incluant les personnes qui travaillent au bar à côté, le Post Arrière.

En tout, avec tous les restaurants, nous sommes une équipe d’environ 60-70 personnes. Cela varie selon la saison.

David Denizart de l'Arrière Pays à Lille : «depuis 2001»

En 20 ans d’activité, comment l’Arrière-Pays a vu évoluer la vie commerciale à Lille ?

À Lille, il y a eu un déclic. 2001, c’était l’ouverture de l’Arrière-Pays. 2004 : Lille est Capitale Européenne de la Culture. Ça a été un gros booste, et pas qu’en 2004, car ça a continué par la suite. Ça, il faut l’avouer, ça a été un vrai déclic pour le commerce du centre-ville de Lille

Et puis après, il y a eu des caps, des péripéties. Il y a eu l’arrivée d’internet qui a fait du tort aux commerces de centre-ville. Il y a aussi parfois des problèmes de stationnement, de circulation. Ce n’est pas simple de venir faire ses achats, dans le centre de Lille.

Il faut reconnaître que le Vieux-Lille et Lille, c’est un pôle. Au niveau national et même au niveau international. Donc on sort toujours notre épingle du jeu, essentiellement les week-ends. Il y a de plus en plus de touristes qui viennent.

Cependant, ils viennent à Lille, certes, mais pas forcément pour acheter et pour consommer. En 10 ans, on a pu voir le nombre de restaurants et de bars exploser littéralement sur Lille ! Pourquoi ? Parce que les gens, les touristes, forcément, il faut qu’ils mangent, il faut qu’ils se désaltèrent. Donc dans les bars et restaurants, ils consomment. Il y a une métamorphose du commerce de centre-ville.

Le commerce est un domaine en perpétuelle évolution. Les choses vont très vite. C’est ça aussi le danger. Par exemple, lorsqu’on ouvrait un restaurant en 1750, 50 ans plus tard, si le restaurant n’avait pas changé, personne ne trouvait rien à redire. Maintenant, en 2020, au bout de 3 ans, si on n’a pas fait de changement, si on n’a pas évolué, on peut être considéré comme has been. Les choses vont trop vite, il faut suivre. Malheureusement, tout le monde ne peut pas suivre et forcément, il y a plus de casse. 

David Denizart de l'Arrière Pays à Lille : «depuis 2001»

Quel conseil donneriez-vous à un futur commerçant qui souhaite se lancer ?

C’est de bien réfléchir. Oui, de bien réfléchir. D’abord, sur ce qu’il a vraiment envie de faire. Parce que si on se plante, on n’aura pas forcément de deuxième chance. Et aussi de bien penser, car après, ce n’est plus la même vie, ce ne sont plus les mêmes tracas, plus les mêmes problèmes…

Donc il faut bien réfléchir, et puis à un moment donné, il faut s’arrêter de réfléchir et il faut foncer ! 

>> L’Arrière-Pays à Lille : 47 Rue Basse, 59000 Lille

Retrouvez également les produits et les bons plans de L'Arrière-Pays et achetez en Click & Collect sur l’application The-ring.io par ici :https://the-ring.io/lille/shops/larriere-pays-0aa71d45